Les anciennes cornes de brume

A La pointe de Pern, la pointe la plus sauvage, balayée par de fortes tempêtes en hiver, les courants y sont violents (selon les coefficients de marée).


La ruine la plus proche du phare de Nividic est surnommée la « Villa des tempêtes ». Elle abritait une corne de brume qui fonctionnait avec un système à vapeur de 1885 à 1900.

Plus tôt, une première corne était abritée dans la ruine près du cordon de galets. Construite en 1866, elle était actionnée par un manège à chevaux. Ce système était peu fiable car lorsque la brume arrivait, il était difficile de trouver le cheval et cela épuisait les bêtes.

Puis en 1900, une puissante corne de brume fut installée au sommet du phare du Créac’h. Les Ouessantins la surnommèrent la « vache à Gibois », Gibois était à cette époque le chef des gardiens de phare.

Trouver un hébergement

Du
Au

Rester informé